En utilisant des enregistrements effectués depuis le bateau, ainsi que des enregistrements depuis des hydrophones placés en pleine mer, le projet Madagascar a pu documenter pour la première fois les vocalisations des baleines d’Omura. Encore plus excitant, ces vocalisations s’apparentent à ce que nous pensons être des chants typiques de rorqual. Trois principales caractéristiques indiquent qu’une vocalisation est un chant

1.       Les vocalisations stéréotypées – Le son est un modèle très reconnaissable qui est identique à chaque fois qu’il est produit. La principale vocalisation que nous avons enregistrée est un appel de basse fréquence, entre 15 et 50 Hz (en dessous de l’audition humaine), d’une durée de 8 à 9 secondes, de forme pulsative, comme un long grondement.

2.       La répétition rythmique – A chaque fois que cet appel est enregistré, il est produit en séries répétitives de 2 à 3 minutes et peut durer plusieurs heures. Nous pensons que ces vocalisations proviennent d’un seul animal répétant l’appel encore et encore. C’est le chant d’un individu isolé.

3.       Chœur de plusieurs individus – Les hydrophones placés en pleine mer ont enregistré plusieurs séries de chevauchement de vocalisations, que nous pensons être les chants de plusieurs individus proches les uns des autres, d’où la dénomination de chœur.

Le chant est connu pour être un signe de reproduction pour les mâles, et bien que nous ayons encore beaucoup de choses à découvrir sur les habitudes de reproduction des baleines d’Omura, nous pensons que ce chant que nous avons enregistré se rapproche des comportements des mâles et est essentiel dans le processus d’accouplement de l’espèce. Le spectrogramme ci-dessous montre la composition de ce chant.

Adapted from Cerchio et al. 2015. R. Soc. open sci. 2, 150301 DOI: 10.1098/rsos.150301

Spectrograms (with time on the horizontal axis and frequency, or pitch, on the vertical axis) of Omura’s whales vocalizations showing (a) stereotyped, pulsative call at 15-50Hz, recorded on two separate days assumed to be from different individuals, (b) 10min clip of a rhythmic series of calls with consistent 170-180s repetition rate, interpreted as uttered by a single individual, and (c) 10min clip of what appears to be a chorus of four individuals inferred from overlapping rhythmic series with different apparent received levels, including two animals in the foreground (labeled “1”, red, and “2”, blue) and two animals in the background (labelled “3”, green, and “4”, magenta); stereotyped, rhythmically repetitive vocalizations uttered in choruses of different individuals suggest song-like characteristics and function.